Comment manger un éléphant ? – une approche épicurienne de la gestion de projet – première partie

Accompagnée d’un PowerPoint redondant mais imagé, la question laissait son auditoire coit. Ne pas confondre ce mot avec coït. Comme tous mes collègues, j’avoue ne pas avoir su quoi répondre sur le moment. Pas seulement par manque d’idée, ma corde écologique vibrait un peu en désaccord : l’éléphant est une espèce protégée.

 

Sans tarder, la réponse fut simple : « petit bout par petit bout ».

Simple et efficace. Il suffit d’aller sur Google et vous y trouverez Le livre « How do you eat an elephant ? One bite at a time ! » – Auteur Bill Hogan, 30 Fundamental Business Principles every manager must incorporate. Je suppose que Bill Hogan, en toute bienveillance savait que l’expression venait d’un général Américain : Creighton Abrams.

Je comprends mieux le passage sous silence de la protection des éléphants…

Mais il ne s’agit pas ici de parler de citer des références, du devoir de le faire ou pas, ou encore de management. Je souhaite avant tout parler de ce qu’il se passe après avoir évoqué cette idée vorace : parlons cuisine, chaudrons, couverts et invités.

On ne mange pas un éléphant… seul

Tentez cette expérience : alignez dix bouteilles d’eau devant vous, quinze litres à boire ! Je vous mets au défi de les boire en quinze minutes.

Si vous commencez seul, vous êtes garanti d’échouer. Seul, impossible, mais demander à cinq, dix ou vingt personnes de vous aider : cela devient faisable.

Pour l’éléphant ce sera pareil, tout projet conséquent se fait en équipe. Entourez-vous, préparez vos plats, vos couteaux et vos fourchettes, allez-y ! s’il en reste encore plus on est de fou plus on rit. Et vous le mangerez bien cet éléphant.

Découpez votre éléphant (votre projet, votre rêve…) en morceaux, distribuez-les à vos « cuisiniers », laissez-les préparer à leur façon (sous supervision ou non), servez tout le monde en redécoupant de nouveau…

Plus les morceaux seront bien découpés et bien répartis, mieux la digestion. Tous les enfants se le font dire : « coupe bien ta nourriture en petits bouts, et mâche bien ». N’en avez-vous pas les oreilles qui en bourdonnent encore ?

Vous avez compris : le travail d’équipe et le temps nécessaire de la préparation vous permettrons de vous attaquer aux plus grosses difficultés. Préparez-vous au pire, soyez attentif et attendez-vous au meilleur !

Simple, évident.